GAREF PARIS

GAREF PARIS

Fusée Atalante


Lancement réussi de la fusée expérimentale Atalante le 13 février 1998



Intégration des éléments de la fusée Atalante
dans les locaux du club à Paris



Lancement réussi de la fusée Atalante
au Centre spatial guyanais (CSG) à Kourou
le vendredi 13 février 1998

C'est avec succès que l'équipe de jeunes du GAREF AEROSPATIAL a lancé la fusée expérimentale ATALANTE dans le ciel de Kourou, vendredi 13 février 1998 à 15h00 (heure locale). ATALANTE est la plus grosse fusée expérimentale jamais construite par des amateurs en Europe. Depuis près de cinq ans, l'équipe du GAREF AEROSPATIAL a réalisé tous les plans mécaniques et l'électronique de bord de cet engin, pendant leurs loisirs. Pour des raisons évidentes de sécurité, les jeunes n'ont pas conçu la partie propulseur contenant le propergol. C'est le Groupe SNPE qui l'a développée.

D’une structure originale en Carbone Epoxy et en alliage aluminium-inox, ATALANTE est dotée d’un nouveau type de propulseur qui lui a permis d’atteindre 2,6 fois la vitesse du son (Mach 2,6) en moins de 3 secondes, une altitude maximale de 18 350 mètres en moins d'1 minute, pour un vol d'une durée totale de 20 minutes et 9,29 secondes. Ce projet permet, comme les autres projets déjà menés par le GAREF AEROSPATIAL, de mesurer la résistance des matériaux utilisés, les variations de températures, l’accélération et la pression. Ces mesures ont été retransmises en temps réel au sol, et ensuite traitées et analysées par l'équipe du GAREF AEROSPATIAL sur place, au Centre spatial guyanais (CSG) à Kourou, puis à Paris.

Compte rendu de l'expérience Atalante

Caractéristiques de la fusée expérimentale Atalante

  • Longueur totale : 3,64 m
  • Diamètre : 17,5 cm
  • Envergure des ailerons : 67,5 cm
  • Masse au décollage : 129 kg
  • Propulsion : 44 kg de butalane 3700 daN pendant 2,7 s
  • Vitesse maximale : Mach 2,6 à T0+2,7s (environ 3 200 km/h)
  • Accélération maximale : 51 g (499 m/s2)
  • Altitude de culmination : 18 350 mètres à T0+56,25s pour un tir à 85,5°
  • Récupération par parachute de la charge utile et du propulseur
  • Durée du vol : environ 20 minutes et 9,29 secondes
  • Structure en composite carbone-époxy dont le procédé de moulage a été mis au point par l’équipe du GAREF AEROSPATIAL


Expériences embarquées

  • Mesure de la déformation de la structure réalisée en matériaux composite carbone-époxy
  • Mesure de la température en huit points du cône
  • Mesure de la pression interne du propulseur
  • Mesure de l’accélération
  • Mesure des vibrations
  • Mesure de la pression atmosphérique
  • Mesure de la rotation par gyromètre


Électronique embarquée construite par le GAREF AEROSPATIAL

  • 10 tiroirs électroniques reliés par un bus numérique
  • 87 mesures réalisées par seconde sur chaque capteur
  • Calculateur entièrement numérique
  • Alimentation des modules en +28V DC
  • Séquenceur numérique de pyrotechnie composé de 2 minuteries comprenant chacune 3 systèmes de comptage avec vote majoritaire. Double sécurité électrique par relais fiabilisés et vis d'armement
  • Emetteur synthétisé 6W(+37dBm), 2235 MHz FM, BW=800kHz à -40dBc, PCM 38,48 bits/s, biphase L
  • 4 antennes de peau
  • Tous les modules sont enrobés d'une résine et remplis d'une mousse polyuréthanne.


Les partenaires

Les jeunes du GAREF AEROSPATIAL ont su s'entourer pour cette expérience hors du commun de nombreux partenaires et d'industriels comme :

  • France Télécom CNET (pour l'électronique et les communications)
  • le CNES (pour les moyens de lancement sol et air)
  • la Mairie de Paris (pour le financement des activités et la mise à disposition du local parisien du club)
  • le Groupe SNPE (pour la propulsion)
  • PyroAlliance (pour les pyromécanismes)
  • Hitronetic (pour le séquenceur de séparation)
  • l'ONERA (pour la modélisation et les vérifications aérodynamiques)
  • Aérazur (pour les parachutes de récupération)
  • Aérospatiale (pour la conduite et la réalisation des opérations pyrotechniques)
  • Relais Electroniques Deutsch (pour les relais fiabilisés)
  • ENDEVCO (pour le capteur de pression de fonctionnement du propulseur)
  • le LRBA (pour les essais en vibration, en centrifugeuse et en choc)
  • SOPEMEA (pour les essais en vibration)
  • Arianespace (pour l'autorisation de transport et le stockage des éléments pyrotechniques)